Conseils fiscaux de fin d’année à prendre en compte cette année (COVID-19)

conseils fiscaux

La tenue de ses finances peut s’avérer difficile en toutes circonstances, mais cette année, c’est encore plus difficile pour les particuliers québécois à cause du COVID-19. C’est pourquoi, il serait une bonne idée de mettre les choses en ordre avant la fin de l’année.

Voici quelques considérations spéciales qui pourraient s’appliquer à vous.

À lire aussi: Un FNB c’est quoi et comment ça marche?

Ce que vous devez savoir sur la Prestation canadienne d’urgence (PCU)

Si vous avez reçu la Prestation canadienne d’urgence (PCU) au cours de cette année, elle est entièrement imposable à titre de revenu. En effet, le taux d’imposition de celle-ci, dépend de votre taux d’imposition marginal, qui est basé sur votre revenu imposable total en 2020. Plus vos revenus sont élevés, plus le taux d’imposition marginal sera élevé.

Contrairement au revenu lié à un emploi, où l’impôt sur le revenu est automatiquement déduit sur chaque talon de paie, l’impôt sur la PCU n’a pas été déduit à la source. Cela signifie que vous devrez payer de l’impôt dessus avant la date limite du 30 avril 2021 (la date limite pour déclarer vos impôts de 2020).

Ce que vous devez savoir sur les autres Prestations canadiennes en 2020

Le gouvernement aurait déjà dû déduire une retenue d’impôt de 10% pour d’autres prestations liées à la pandémie, notamment la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE), la Prestation canadienne de de maladie pour la relance économique (PCMRE) pour les travailleurs autonomes ou la Prestation canadienne de la relance économique pour les proches aidants (PCREPA). Cela signifie que 10% du montant imposable a été déduit à la source, mais vous devez quand même payer la différence si votre taux d’imposition marginal est plus élevé.

Dans le cas de la PCRE, si votre revenu net total dépasse 38,000$ (sans les prestations en 2020), vous pourriez être requis de rembourser une partie de celui-ci.

L’Agence du revenu du Canada (ARC) devrait envoyer le feuillet T4A avec le montant confirmé du revenu imposable d’ici la fin février, mais c’est quand même une bonne idée de se préparer en mettant de l’argent de côté.

À lire aussi: Guide sur l’investissement socialement responsable…

Ce que vous devez savoir sur les déductions liés au travail à domicile

Conseils fiscaux PCU COVID-19
Le COVID-19 à forcé la majorité du Québec au travail à la maison

D’un côté plus positif, une partie de l’impôt que vous devez payer pourrait être retournée si vous étiez obligé de travailler à domicile en raison de la pandémie. Certains frais de bureau à domicile peuvent être déduits. Cependant, en raison d’une vague prévue de réclamations liée au travail à domicile, il n’est pas tout à fait clair pour le moment comment l’ARC examinera les demandes.

Les déductions pour le travail à domicile ne peuvent normalement être demandées que si la maison est utilisée pendant au moins la moitié du temps de travail total. La règle des 50% s’applique également à l’année d’imposition, mais dans les circonstances actuelles où les gens pourraient ne travailler à domicile que pendant une partie de l’année, l’ARC examinera les cas sur une base individuelle.

Pour le moment, les experts fiscaux conseillent à quiconque travaillant à domicile à cause de la pandémie de suivre depuis quand il a commencé à travailler à distance, à quelle fréquence et pendant combien de temps.

Est-ce que les fournitures de bureau et les équipements électroniques sont déductibles?

Les experts conseillent également aux employés de bureau à domicile de suivre les dépenses personnelles liées à leur travail. Cela comprend les fournitures de bureau, les ordinateurs et autres équipements – et même les réparations et l’entretien de l’espace de travail. Normalement, ces dépenses peuvent être entièrement déduites du revenu correspondant.

Est-ce que l’électricité, le chauffage et l’eau sont déductibles?

Dans l’état actuel des choses, une partie des factures domestiques, y compris l’électricité, le chauffage et l’eau, peut également être déduite. La part déduite est basée sur la superficie du bureau à domicile par rapport à la superficie totale de la maison.

Afin de prouver que des frais de bureau à domicile sont nécessaires pour exécuter des tâches, l’ARC exige des documents de l’employeur à travers le formulaire T2200: Déclaration des conditions de travail.

N’oubliez pas que les dépenses fournies par l’employeur ou remboursées par l’employeur, telles que l’accès à Internet ou les fournitures de bureau, ne peuvent pas être déduites.

2020 sera une année d’imposition pas comme les autres, non seulement pour les particuliers, mais aussi pour l’ARC. Il est important de suivre les changements. Si vous déclarez habituellement vos propres impôts et que vous avez un doute, cela pourrait être une bonne année pour engager un bon spécialiste fiscal.

Pour d’autres bons conseils fiscaux taillés pour les Québécois, visitez notre rubrique impôts.

Laisser un commentaire:

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Sliding Sidebar